logo
Azzana est un cabinet de conseil spécialisé dans les domaines de la trésorerie d’entreprise, du cash management et des paiements.
31 rue d'Amsterdam 75008 PARIS
France : +33 (0) 1 44 65 33 84
Belgium : +32 (0) 2 673 64 30
Singapour : +33 (0) 1 44 65 33 84
Mail : info@azzana.net
Linkedin

Compte-Nickel : vers la fin du système bancaire classique ?

Compte-Nickel : vers la fin du système bancaire classique ?

Le Compte-Nickel a été lancé en 2012 par la Financière des paiements électronique. Elle se présente comme une alternative aux comptes bancaires classiques. En effet, le client « particulier » ne se rend pas au guichet d’une banque mais à une borne interactive installée chez un buraliste pour ouvrir un compte. Seule contrainte pour les buralistes, ils doivent être individuellement agréés par l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution). Cette initiative s’adresse principalement aux interdits bancaires ou aux particuliers à faible revenu, mais également aux salariés attirés par la promesse de frais annuel faible.

Ce service s’articule autour d’un principe novateur : l’ouverture du compte doit être simple et rapide. En effet, sur simple présentation d’une pièce d’identité, d’un numéro de téléphone mobile et d’un versement de 20 euros, le buraliste vous fournira un RIB et une carte bancaire à interrogation de solde systématique accompagné de son code. Ce service n’étant pas un établissement bancaire mais un établissement de paiement, il ne sera jamais en capacité d’offrir les mêmes services et moyens de paiement d’une banque « classique ». Comme le découvert bancaire, l’obtention d’un crédit ou d’un chéquier ou encore la gratuité des dépôts et des retraits d’espèce.

Néanmoins, le Compte-Nickel, ayant été racheté à hauteur de 95% par la banque BNP Paribas en avril 2017, pourrait voir son offre de services se développer. On peut imaginer que des services à valeurs ajoutée comme un compte épargne pourrait voir le jour. Cependant, l’essence même du compte ainsi que l’exclusivité de distribution par les buralistes devraient être maintenues.

Compte-Nickel : une initiative unique ?

Ce type d’initiative, lié à l’émergence des PSP (prestataire de services de paiements), pourrait intéresser des entreprises ou de grands Groupes voulant proposer à leurs clients des services à haute valeur ajoutée. Le secteur de la grande distribution s’est déjà lancé dans la course avec la sortie, en avril 2017, du compte C-Zam par Carrefour via sa banque. Le compte C-Zam permet une ouverture de compte complètement dématérialisée via un mobile ou un ordinateur et nécessite une 2ème pièce d’identité en plus de la CNI.

Moins cher que le Compte-Nickel, les dépôts et retraits d’espèce sont gratuits sur le réseau Carrefour Banque et BNP. Les rejets de prélèvements sont également gratuits dans la limite de 5 par an et sont ensuite facturés 20€ max par rejet. Le compte C-Zam prévoit également des avantages aux clients Carrefour. Malgré des similarités au Compte-Nickel, le compte C-Zam ne devrait pas être une solution envisagée par les particuliers en grandes difficultés financières. Il s’agirait plutôt d’un argument commercial supplémentaire pour fidéliser les clients existants et attirer de nouveaux clients.

Pour aller encore plus loin, d’autres secteurs comme ceux de la téléphonie ou des services collectifs pourraient développer ce type d’initiative. Cela leur permettrait d’être au plus près de leurs clients et des collectivités locale. Cette initiative pourrait être un dispositif complémentaire au tarif social appliqué aux ménages les plus défavorisés. Cela pourrait être un argument de poids dans la négociation des contrats sur des marchés de plus en plus exigeants et dont les marges s’érodent…

Si vous souhaitez en savoir plus, renseignez votre email ci-dessous.